dimanche 2 juillet 2017

"Pars vite et reviens tard" de Fred Vargas

Ce livre est dans ma PAL depuis un bon moment, offert par une collègue qui apprécie beaucoup cet auteur. J'avais essayé de le lire il y a quelques temps, sans accrocher au départ. J'ai redonné sa chance à ce titre et l'ai lu en 5 jours.

Résumé

Ce sont des signes étranges, tracés à la peinture noire sur des portes d'appartements, dans des immeubles situés d'un bout à l'autre de Paris. Une sorte de grand 4 inversé, muni de deux barres sur la branche basse. En dessous, trois lettres : CTL. A première vue, on pourrait croire à l'œuvre d'un tagueur. Le commissaire Adamsberg, lui, y décèle une menace sourde, un relent maléfique. De son côté, Joss Le Guern, le Crieur de la place Edgar-Quinet, se demande qui glisse dans sa boîte à messages d'incompréhensibles annonces accompagnées d'un paiement bien au-dessus du tarif. Un plaisantin ou un cinglé ? Certains textes sont en latin, d'autres semblent copiés dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Mais tous prédisent le retour d'un fléau venu du fond des âges...

Mon avis

Je lis assez peu de policier préférant les regarder en série télé, pourtant quand je referme un livre comme celui ci, je me dis que je devrais m'y plonger plus souvent pour une lecture détente, demandant pourtant certain suivi pour ne pas être perdue dans les personnages et dans les détails importants pour l'histoire. J'avoue que certains personnages secondaires n'ont pas retenu mon attention et aux révélations finales, j'ai eu du mal à les remettre en place.

Le personnage principal d'Adamsberg, commissaire tout en feeling, et son acolyte plus pragmatique font la force de ce livre, car l'intrigue elle même est servie par quelques facilités, notamment lorsque pour l'histoire des peintures sur les portes et les experts trouvés sans trop lutter.
Mais le caractère, la ténacité et sa capacité à faire jouer ses réseaux d'Adamsberg sont plutôt positifs pour l'histoire. Les personnages secondaires sont fouillés et plein d'intrigues secondaires qui étoffent ce récit. J'ai aimé me retrouver plongée avec le "crieur" place Edgar Quinet (que j'ai beaucoup fréquenté), au milieu d'habitants semblant si réel, qu'on pourrait les croiser.
Le fil rouge avec Camille apporte assez peu à l'histoire mais maintient ce coté assez fantasque du commissaire.

Au total : Une plongée dans l'univers d'Adamsberg et de Vargas, plutôt positive. J'ai un autre titre dans ma PAL qui je lirai avec plaisir !

https://4.bp.blogspot.com/-hn4srTcpc-s/V_dtDpO6J9I/AAAAAAAAGlw/0sOc0Om6ojEeZsBMKdoez5azagYbn3GsgCLcB/s320/abclogoshadow.gif
Lettre V : 347 pages

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire