samedi 28 février 2015

[Manga] Pluto de Naoki Urasawa & Osamu Tezuka

Un manga qui a très bonne presse chez des blogopines avec un fond de SF.

Résumé


Couverture Pluto, tome 8 Editions Kana (Big) 2011Couverture Pluto, tome 7 Editions Kana (Big) 2011Couverture Pluto, tome 6 Editions Kana (Big) 2011Couverture Pluto, tome 5 Editions Kana (Big) 2010Couverture Pluto, tome 4 Editions Kana (Big) 2010Couverture Pluto, tome 3 Editions Kana (Big) 2010Couverture Pluto, tome 2 Editions Kana (Big) 2010


Couverture Pluto, tome 1 Editions Kana (Big) 2010

Le très puissant robot Mont-Blanc a été détruit sans que l'on sache par qui ou par quoi. Au même moment, un des cadres de groupe de défense sur les lois sur les robots est assassiné...
Deux affaires sans relation apparente... ? Pourtant, sur les lieux du crime, c'est le même ornement en forme de cornes qui a été retrouvé.

Le meurtrier est-il un homme ou un robot ?! Selon les lois sur les robots, c'est impossible, les robots ne peuvent s'attaquer aux hommes. Voilà une affaire sans précédent, étrange et compliquée et c'est l'inspecteur-robot Gesicht qui en est chargé ! Gesicht ne va pas tarder à découvrir l'objectif du meurtrier : éliminer les sept robots les plus forts du monde... dont lui-même, Gesicht, fait partie !


Mon avis

Je fais un avis global après avoir terminé les 8 tomes.
C'est ma première série réellement terminée en manga, et j'ai pris une bonne claque.

Par l'histoire qui est dense, riche, j'ai beaucoup aimé les différents robots, apprendre à les connaitre dans leur environnement, voir leur implication dans la guerre de Perse et leur différentes sensibilités. Tous ont vraiment leur propre histoire et personnalité, ce qui surprend même les humains de cette époque.
Gesicht l'inspecteur principal est marquant par son passé, sa manière de réfléchir et son investissement dans l’enquête et nous ouvre la porte du monde des robots, de leur concepteur répartis sur la planète entière et de l'objectif initial de cette création. Certains personnages sont particulièrement touchants, notamment Epsilon et sa vision de paix. Au delà de l'aspect futuriste robotique, la notion de retentissement sur les populations de la guerre est intéressante à découvrir.
Les relations entre les robots sont aussi bien amenées. Dans le petit monde des robots quasi-humanisés, on voit les liens d'amitié qui se sont crées au fil du temps et de leur vécu commune.

Le fil conducteur se dévoile au fur et à mesure et éclaire les premiers tomes qui peuvent sembler initialement découses. J'ai beaucoup aimé la construction progressive de l'histoire, la montée des tensions internationales et de l'enquête.
 

Les graphismes sont assez simples sur le plan des visages et des expressions, mais sont riches dans les paysages, les détails de certaines destinations

Au total : Une très bonne série (terminée) dans un monde futuriste où les robots apprennent les émotions. Un bon policier et une enquête qui se déroule à un rythme soutenu !

jeudi 26 février 2015

"Qui ?" de Jacques Expert

Lu dans le cadre du challenge ABC, un livre dont j'avais vu passer le grand format avec de bons retours !

Résumé

Couverture Qui ?1994, Carpentras, résidence pavillonnaire du Grand Chêne. Un lotissement où tout le monde connaît tout le monde, calme et sans histoires. Jusqu'à ce jour de mars, où la petite Laetitia Doussaint, est retrouvée violée et assassinée dans les bois alentours. Crime crapuleux dont l'auteur ne sera jamais identifié.

2013 : Quatre hommes s'apprêtent à regarder à la télé l'émission " Affaires non résolues ", dont le thème, ce soir là, est le meurtre de Carpentras. Quatre hommes hantés par l'affaire depuis ce jour où ils ont retrouvé le corps de Laetitia. Tous étaient voisins à cette époque, tous habitaient la résidence du Grand Chêne. Durant l'heure que va durer l'émission, avec son lot de questions et de révélations, ceux-ci se souviennent. Leurs épouses également. Certains secrets reviennent à la surface, des suspicions anciennes, des non-dits. Au terme de l'heure que dure l'émission, le voile sera levé. L'un de nos quatre hommes est en effet bel et bien le coupable du viol et du meurtre de Laetitia. Mais qui ?


Mon avis

Je ne suis pas une grande adepte de thriller, mais j'avais entendu parlé de ce livre à sa sortie, plutôt en bien, et j'ai été intriguée par le contexte très faits divers qui me faisait penser à "Faites entre l'accusé" en livre.

Au final, je l'ai dévoré pendant un voyage en train (aller/retour) et malgré une certaine lenteur initiale liée à la présentation des différents protagonistes, les choses s’accélèrent avec la soirée.

La force de ce roman reste son espace temps confiné à une soirée, avec quelques flash back pour mettre en scène les différents protagonistes et les éléments clés de l’enquête, qui sont concomitants de l'émission télévisuelle qui sert de déclencheur.

J'ai parfois eu du mal à différencier tous les personnages (couples marié avec 2 enfants) mais le concept du livre repose sur cette ambiguïté et nous laisse imaginer jusque tard que tout est possible. J'avoue que connaissant le dénouement, j'ai hésité à relire les passages concernant le coupable pour voir si il existait certains indices !

Il n'y a pas de temps mort dans ce roman, qui alterne les points de vue entre les protagonistes sous leur nom, "elle" et "lui" qui correspondent au coupable et son conjoint, qui regardent leur vie exposée à la télévision. La tension monte au fur et à mesure que l'émission avance, que les soupçons se précisent et que certains éléments impliquent "lui" pour le faire craquer. Le tout est assez maitrisé car il m'a été difficile de poser mon livre une fois le dernier quart atteint.

Le fond de l'histoire est sordide mais reflète bien le quotidien, il y a quelques piques sur la société, et les lotissements mais là n'est clairement pas le sujet ...

Au total : Un thriller qui a tenu sa promesse, sous forme de huis clos.

http://2.bp.blogspot.com/-zibbXVsb8Pc/VDkaT_y_8kI/AAAAAAAAD_A/yglsy8VtZ5I/s1600/ABC2015.png
Lettre E 4/26 378 pages

mercredi 25 février 2015

"La vie devant soi" d'Emile Ajar

Il y a des classiques difficiles d'approche. Celui la en fait partie, pour ma part en tout cas.

Résumé

Couverture La Vie devant soi Editions Folio  2003Histoire d'amour d'un petit garçon arabe pour une très vieille femme juive : Momo se débat contre les six étages que Madame Rosa ne veut plus monter et contre la vie parce que "ça ne pardonne pas" et parce qu'il n'est "pas nécessaire d'avoir des raisons pour avoir peur".




Mon avis

J'avais entamé ce livre il y a quelques mois, laissé de coté car je n'accrochais pas particulièrement au personnage principal. Il a été choisi pour le book club de février, alors je me suis obligée à le terminer.

Autant le début est fastidieux, l’écriture laborieuse, un peu comme "Des fleurs pour Algernon", autant le dernier tiers m'a paru bien plus facile. Peut-être ai-je enfin réussi à rentrer dans le propos, peut-être est ce parce qu'on se détourne des bouts de vie du quartier de Belleville et de Madame Rosa pour arriver à un fil rouge qu'est sa din de vie.
Certaines scènes sont poignantes, notamment les discussions entre le Dr Katz et Momo, ou la scène finale qui m'a particulièrement captivée mon attention. Beaucoup de sujets abordés semblent ainsi encore et toujours d'actualité.

Pourtant ce livre avait beaucoup de chose pour me plaire, notamment des protagonistes qui se veulent attachants avec une relation forte entre eux, avec des religions que tout oppose au vue des actualités, des rebondissements, comme la manière dont Momo découvre son âge réel.

Malheureusement l'écriture m'a laissé de marbre et plus dérangée, m’empêchant d'entrer dans l'histoire et d'être émue par les aventures de Momo, ou la déchéance physique de Madame Rosa.
 De plus, mon édition spécial lycée, mettait en avant un certain humour qui m'a complètement échappé.

Au total : Je suis passée à coté de ce livre pendant les deux premiers tiers. Insuffisant pour me convaincre, mais je peux comprendre le succès de ce livre.

mardi 3 février 2015

TTT : Ces références du genre qui trainent dans ma PAL


Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani

Je vous rappelle le thème de cette semaine :


Les 10 livres que vous n'en revenez pas de n'avoir toujours pas lus car ce sont des "must have" de tel ou tel genre


Version SFFF

Ubik de Philip K Dick : Un classique de la SF que ce soit l'auteur ou l'oeuvre.


Janua Vera de Jean Philippe Jaworski, que je suis en train de faire lire à mon homme pour la peine

La nuit des temps de René Barjavel : Un classique de cet auteur que je n'ai jamais vraiment lu.

Ellana, la prophétie de Pierre Bottero : le dernier de la série qui enthousiasme la blogosphère

Hyperion de Dan Simmons

Couverture UbikCouverture Récits du Vieux Royaume, tome 1 : Janua VeraCouverture Les Cantos d'Hypérion, tome 1 : Hypérion partie 1Couverture Le Pacte des Marchombres, tome 3 : Ellana : La Prophétie

Version classique

Les raisins de la colère de Steinbeck : J'ai lu Des souris et des hommes au collège, et il parait que c'est son chef d'oeuvre. Il a été présenté au dernier Book Club et je me dis que je passe à coté d'un grand livre

Version contemporain

La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joel Dicker : Un livre de l'an dernier qui a réveillé

Le soleil des Scorta de Laurent Gaude : Prix Goncourt, un auteur que je découvre au fur et à mesure.

Version Historique

Les piliers de la Terre de Ken Follet, un must have historique

Couverture Le Soleil des ScortaCouverture La vérité sur l'Affaire Harry QuébertCouverture Les Piliers de la Terre, intégraleCouverture Les Raisins de la colère

lundi 2 février 2015

"Le puits de l'ascension" de Brandon Sanderson

J'ai lu le premier tome il y a maintenant presque 2 ans, et je profite du challenge de Galléane 1 an/1genre pour sortir ce second tome de ma PAL

Résumé

Couverture Fils-des-Brumes, tome 2 : Le Puits de l’ascension Seigneur Maître est tombé.
La guerre peut commencer.

En mettant fin au règne brutal et millénaire du tyran, ils ont réalisé l’impossible.
À présent, Vin la gamine des rues devenue Fille-des-Brumes, et Elend Venture le jeune noble idéaliste doivent construire un nouveau gouvernement sur les cendres de l’Empire. Mais trois armées menées par des factions hostiles, dont celle des monstrueux koloss, font le siège de Luthadel. Alors que l’étau se resserre, une légende évoquant le mystérieux Puits de l’Ascension leur offre une lueur d’espoir.
Et si tuer le Seigneur Maître avait été la partie la plus facile ?




Mon avis avec risque de spoiler

J'ai gardé un très bon souvenir du premier tome, cependant le résumé présent au début de ce livre n'a pas été du luxe, ayant gardé une notion assez floue de la trame et oublié pas mal de personnages.
Il m'a fallu du temps pour me replonger dans cet univers, me souvenir quels sont les relations et les pouvoirs de chaque. A noter le lexique à la fin qui est lui même d'une bonne aide.

Malgré tout, je garderai un souvenir mitigé de ce second tome, que j'ai trouvé assez poussif, assez lent.
Vin m'a décue par son caractère midinette avec Elend, ses hésitations dignes de romans YA, et finalement je trouve que l'auteur s'est un peu embarrassé de cette histoire, en y apportant un concurrent, en mettant trop de doute, trop de si qui ne m'ont pas paru utile. D'autant plus qu'elle se transforme en super héroine assez vite, un peu comme Pug dans les livres de Feist, soit elle y gagne un coté humain à hésiter, mais pour moi, elle n'avait pas besoin de ca !

Comme dans le premier tome, les seconds rôles sont bien exploités, apportent une touche d'humour, spécialement la fille de Cett, même si j'aurais parfois aimé les voir plus souvent. Mais je crois que Kelsier, et sa relation avec Vin m'a manqué. J'ai particulièrement apprécié OreSeur le Kandra, que l'on découvre au fur et à mesure, avec ses particularités physiques et psychiques.
J'ai regretté que le personnage de Zane ne soit pas mieux explicité sur son passé, sur son présent et ses voix notamment. Il me laisse un gout d'inachevé.

Quant à l'histoire, elle est assez linéaire, une ville, des ennemis, des conspirations dans tous les sens, mais au final Vin gagne ...
La quête pour le puits de l'ascension arrive assez tard et lance le troisième tome, plus qu'elle ne clôture le second à mon avis, et fait partie de ma déception, car contrairement au premier tome, celui ci n'est pas autonome.

L'écriture de Sanderson est par contre toujours aussi dynamique, et les pages se tournent relativement vite, avec des rebondissements fréquents, même si j'étais pressée de voir arriver la fin, ayant eu l'impression de m'enkyster dans cette lecture.

Au total : Un second tome en dessous du premier, notamment car il m'a manqué un personnage qui contrebalance vraiment Vin, mais qui ouvre vers un troisième et dernier que j'espère meilleur.



http://2.bp.blogspot.com/-zibbXVsb8Pc/VDkaT_y_8kI/AAAAAAAAD_A/yglsy8VtZ5I/s1600/ABC2015.png
Lettre S 3/26 1070 pages

dimanche 1 février 2015

"Le puits" d'Ivan Repila

Un livre croisé dans ma librairie, qui m'a donné envie entre le blurb et la couverture et son résumé.

Résumé

Couverture Le puitsDeux frères, le Grand et le Petit, sont prisonniers au fond d’un puits de terre, au milieu d’une forêt. Ils tentent de s’échapper, sans succès. Les loups, la soif, les pluies torrentielles : ils survivent à tous les dangers. À leurs côtés, un sac de victuailles donné par la mère, mais ils ont interdiction d’y toucher. Jour après jour, le Petit s’affaiblit. S’il doit sauver son frère, le Grand doit risquer sa vie. Le Petit sortira-t-il? Le Grand survivra-t-il? Comment surtout se sont-ils retrouvés là?





Mon avis

J'ai commencé à écrire mon billet peu après ma lecture, et le termine à distance. Je me rends compte que ma première impression assez sévère s'estompe, et qu'il risque de rester dans ma mémoire au vue des pistes de réflexion ouvertes.

Ce livre est dur. Un huis clos dans un puits, espace réduit et ouvert, entre 2 frères, le grand et le petit. La dégradation physique et psychique progressive est bien retranscrite. Le plus petit tellement fragile manque mourir à plusieurs reprises. Le plus grand semble tellement égoiste mais poursuit son but.
Il faudra des jours avant que l'on ne les comprenne, le grand et ses motivations, des jours pour comprendre comment ils en sont arrivés là. C'est toute la force de ce livre, ce huis clos, cette attente après l'espoir que quelqu'un passe et les voit pour les sauver, le mystère de leur relation froide et fusionnelle.
La transcription des délires du Petit nous fait hésiter entre une manière de protéger son esprit ou une vraie descente dans la folie. Leurs caractères forts les entrainent jusqu'au bout de la survie de la protection l'un de l'autre.

La chute est comme une claque, les explications et la fin clôturent magnifiquement ce récit en apportant un éclairage nouveau sur la situation. Ce dénouement nous interroge sur le lien filial et fraternel, sur la vengeance.

Petite remarque sur la notation des chapitres qui m'a initialement intrigué, mais finalement donnent un repère temporel, là ou nous pouvons nous aussi les perdre.

Au total : Un récit marquant au bord de la folie et de la dérive.

Première participation au challenge 1 mois 1 genre : Janvier : Nouvelle et Novella

http://2.bp.blogspot.com/-zibbXVsb8Pc/VDkaT_y_8kI/AAAAAAAAD_A/yglsy8VtZ5I/s1600/ABC2015.png
Lettre R 2/26
http://2.bp.blogspot.com/-6n7OZE7Yrws/VMJlkbh5NTI/AAAAAAAAaIQ/TiK_TB-h-4s/s1600/Un%2Bgenre%2Bpar%2Bmois%2B.jpg