lundi 27 octobre 2014

"Soeurs Sorcières" de Jessica Spotwood

Livre lu dans le cadre du challenge de Frogzine et pour le Book Club de livraddict de novembre sur le thème de l'automne

Résumé

Couverture Sœurs sorcières, tome 1Cate, Maura et Tess vivent dans une Angleterre imaginaire de début du XXè siècle. À 17 ans, les femmes doivent normalement choisir entre se marier et rejoindre les ordres. Mais en plus d'être femmes, elles sont sorcières. Si quelqu'un le découvre, les Frères les enverront à l'asile ou les feront disparaître, comme toutes les autres.
Depuis la mort de leur mère, Cate vit dans la peur, avec la mission de protéger ses sœurs. Mais ses 17 ans approchent et tout s'accélère : son ami d'enfance la demande en mariage, alors qu'un autre jeune homme fait chavirer son cœur. Et bientôt, Cate doit se rendre à l'évidence : malgré tout ses efforts, le danger se referme sur elle et ses sœurs comme un étau...



Mon avis

J'ai passé un bon moment de lecture avec ce livre, qui n'est cependant pas exempt de défaut. L'histoire reprend les classiques du genre : une fratrie, de la magie, une prophétie, un évènement à effet boule de neige et un triangle amoureux, car nous sommes en YA.

Malgré ce coté assez linéaire et classique, l'utilisation et l'apprentissage de la magie sont bien menés, même si je ne suis pas totalement convaincue par les différentes communautés qui régissent la société de fin du 19ème à la Nouvelle Orléans.

Les différents personnages principaux sont pleins de forces et de faiblesses, et j'ai été surprise par le dénouement final, qui donne envie de poursuivre la série.

Cate, l'ainée, nous fait vivre sa version de l'histoire, on découvre avec elle certaines personnes du village qu'elle côtoie depuis toujours, notamment Sachi et Rory, dont l'invitation m'a pas mal stressé. Forcément, elle se doit d'avoir deux prétendants, le bien et le rebelle ! Devinez celui qu'elle va choisir. Mais elle a un troisième choix. Ses hésitation ne sont pas aussi agacantes que dans d'autres livres YA. La romance est, pour moi, au second plan dans ce livre et apporte une touche de poésie.


Maura entre dans la catégorie peste agacante et égocentrique, et je trouve dommage de voir aussi peu Tess, car la fin de l'histoire nous donne envie de mieux la connaitre. Je ne parlerais pas d'Elena, dont la nature est rapidement prévisible.
Les deux hommes sont plutôt transparents, ainsi que le père qui est vraiment peu présent. De l'autre coté, les Frères sont le prototypes des machistes qui pensent que les femmes ne sont bonnes qu'à être au foyer, et font penser à certaines sociétés actuelles.
L'ordre des sœurs m'intrigue, notamment dans sa structure et leur "secret" qui me parait un peu gros. J'espère que nous en saurons plus dans les prochains tomes.

Au total : Un premier tome dans un univers qui semble bien ficelé, des personnages attachants. Je lirai la suite, peut être en VO d'ailleurs.

Photo
1390617361SFFF_au_feminin

dimanche 26 octobre 2014

"Les montagnes hallucinées" de H.P Lovecraft

Un auteur qui a conçu un univers très personnel et très fantastique, que je découvre peu à peu. Avec cette histoire, le mythe de Chtulu est bien plus proche que sur ma précédente lecture.

Résumé

Couverture Les montagnes hallucinées
 

Au cours d'une expédition en Antarctique, deux scientifiques mettent au jour, derrière une chaîne de montagnes en apparence infranchissable, les vestiges d'une ancienne cité aux proportions gigantesques. 







Mon avis

Je n'ai lu que "Les montagnes hallucinées" sur mon Kindle, et pas le recueil de 2 nouvelles, proposé le plus souvent en livre papier.

J'ai globalement été assez déçue par cette lecture, du fait de la profusion de description, qui tasse à mon avis la tension, pathognomonique de cet auteur. Le suspense augmente doucement avec une accélération assez tardive, mais j'ai été distraite par les multiples détails des sculptures, des différentes salles et des explications sur les différentes époques préhistoriques.

1390617361Ces montagnes de l’Antarctique sont effectivement un lieu idéal au complot, au débarquement de créatures improbables. Malheureusement autant la découverte m'a émue avec l'enthousiasme du jeune chercheur, le comportement des chiens, la description des créatures, autant la visite de la cité m'a ennuyé. Quant au stress de leur réapparition, je n'ai pas réussi à entrer assez dans l'histoire pour pouvoir m'en inquiéter vraiment.

Quant à la fuite finale, du fait du mode de récit, on connait déjà la fin, ce qui m'a casse l'effet de stress.

Au final : Une partie du mythe de Chtulu qui ne m'a pas vraiment palpité.



http://2.bp.blogspot.com/-0VIbCEmWlOM/UkwngcoQAMI/AAAAAAAADD8/VMWaLmEc3VI/s320/banni%C3%A8reABC2014.jpg
13/26 lettre L 155 pages

vendredi 24 octobre 2014

"Pour seul cortège" de Laurent Gaude

J'ai découvert Laurent Gaude grace au défi organisé par unchocolatsurmonroman, et j'avais été séduite par son écriture. Je poursuis donc ma découverte de cet auteur avec ce livre, publié il y a 2 ans, qui évoque le règne d'Alexandre le Grand.

Résumé
Couverture Pour seul cortègeAlexandre le Grand va mourir.







Qui lui succédera à la tête du royaume ?
Qui perpétuera l’insatiable esprit de conquête qui l’a animé ?
Qui saura apaiser son âme ?


Mon avis

Ce bouquin à plusieurs voix m'a emporté dans la Grèce Antique, dans les chevauchées guerrières de l'époque où tout se faisait à pied ou à cheval, dans cette épopée qui l'a amenée de la Macédoine à l'Inde. J'ai aimé me balader dans le royaume crée par Alexandre, essayer de me souvenir de sa légende, et des personnages qui l'ont entouré. (Même si mon dernier souvenir est ce film un peu kitsch avec Colin Farrell)

Nous suivons donc Alexandre, à la fin de son règne, une femme dans un monastère dont l'identité nous sera révélée au fur et à mesure, ou certains généraux proches du monarque. Ils sont différenciés selon les paragraphes, leur style de récit et leur vision d'Alexandre et de l'Empire.

Leur relation se dévoile au fur et à mesure, les liens se dévoilent avec parfois une pointe de fantastique. Alexandre reste dans la légende et le livre retranscrit bien son charisme. Le personnage féminin prend de l'ampleur tout au long du roman. Sa droiture, son histoire, sa manière de voir sa place dans l'empire et l'histoire m'a beaucoup plu.

Au total : Un court roman qui nous amène dans la Grèce Antique et nous remémore la légende d'Alexandre le Grand.

http://2.bp.blogspot.com/-0VIbCEmWlOM/UkwngcoQAMI/AAAAAAAADD8/VMWaLmEc3VI/s320/banni%C3%A8reABC2014.jpg
Lettre G : 12/26 176 pages
Sans titre-copie-1

dimanche 19 octobre 2014

Mes essais culinaires [1]

Le mois Halloween organisé par Hilde et leur articles culinaires m'ont donné envie de tester certaines recettes notamment le crumble de courge (ou potiron selon les recettes).
Recettes initiales chez Hilde et AcroChallenge Halloween 2014b.jpg

Ma recette de crumble de Butternut au comté et noisette

J'ai pris pour environ 2 personnes

600 g (soit la moitié) de ma Butternutt
65 g de beurre
90 g de farine
25 g de chapelure
50 g de Comté
7 noisettes

Faire cuire la courge en petit morceau dans une casserole avec 1/2 d'un bouillon volaille pendant 15 à 20 minutes

Préparer le crumble avec le beurre à température ambiante, la farine, puis la chapelure





Mettre dans un petit plat allant au four, dans l'ordre :

Les morceaux de butternut, écrasés à la fourchette
Le comté découpé en petit morceau
Le crumble
Les noisettes concassées

Mettre au four en grill pendant environ 10 - 15 minutes




Verdict : C'est bon, mais mon crumble est peut être un peu trop farineux !


courge,courge butternut,crumble,challenge halloween 2014

mercredi 15 octobre 2014

"Locke & Key : Bienvenu à Lovecraft" de Joe Hill et Gabriel Rodriguez

Une série dont j'entendais énormément parler, et qui correspondait à mon envie d'explorer en douceur le monde de HP Lovecraft.

Résumé

Couverture Locke & Key, tome 1 : Bienvenue à Lovecraft


La famille Locke est déchirée. Après le meurtre brutal du père par un étudiant déséquilibré, tous emménagent dans la vieille demeure familiale. Mais quand une île s appelle Lovecraft, la prudence est de mise ! Derrière les portes closes se dissimulent des secrets dangereux.




 

Mon avis

Je lis souvent des bandes dessinées "simples" où l'histoire est surtout portée par l'image et peu par dialogue.
 Autant dire que le début était assez déroutant, entre les images denses, les flash back et un graphisme très beau mais plutôt comics. Une fois mise en condition, j'ai beaucoup aimé ma lecture, voir l'ai dévoré. Nous sommes plongés dans cette famille particulière, dont le meurtre du père transforme leur vie. Des petites touches fantastiques sont dispensées notamment par l'intermédiaire de Bode et du puits au fond du manoir.
Les 3 enfants montrent rapidement leur différence d'âge et de caractère, et sont attachants à leur manière. Bode et sa vision enfantine permet de libérer un peu la tension plus présente dans le récit de Tyler, plus conscient de ce qui l'entoure.
J'avoue que je pense avoir raté des détails que ce soit dans les dessins que dans l'histoire au vue de la densité de chaque, mais la suite de ma lecture m'a confirmé qu'une relecture s'imposera une fois tous les éléments découverts.


Quelques extraits :

Une page/planche, pour admirer le travail de l'illustrateur










Une page à décor fixe où il faut observer pour voir les différences, qui sont toujours très maitrisées.




Au total : Un premier tome qui a rapidement été suivi de la lecture de la suite !
La série compte 6 tomes qui sont tous publiés.


Cette bande dessinée rentre dans le cadre du challenge Halloween organisé par Lou et Hilde.



1390617361

dimanche 12 octobre 2014

"Les aventuriers de la mer : Le vaisseau magique " de Robin Hobb

L'assassin royal est ma première série de fantasy, j'y suis donc particulièrement attachée. Ma relecture de la première trilogie l'an dernier m'a donné envie de redonner sa chance aux aventuriers de la mer, qui ne m'avait pas accroché à ma première lecture.

Résumé


Couverture Les Aventuriers de la Mer, tome 1 : Le Vaisseau Magique Editions J'ai Lu (Fantasy) 2002
Les vivenefs sont des vaisseaux magiques attachés par des liens empathiques à la famille qui les possède. Ces navires insaisissables bravent les tempêtes, évitent les récifs, distancent les monstres marins, sèment les pirates... et font l'objet de toutes les convoitises. Le capitaine de la Vivacia, Ephron Vestrit, se meure. Parmi les siens, chacun ourdit complot et trahison pour s'approprier son vaisseau, car une vivenef ne se transmet pas comme un legs ordinaire. Pendant ce temps, d'autres dangers se profiles à l'horizon : les serpents de mer qui infestent les océanes se regroupent, et un ambitieux pirate aspire à unir ses pairs sous un seul pavillon : le sien.

Mon avis

J'ai assez vite accroché à ce premier tome très introductif, assez lent au niveau de la mise en place des personnages et de l'univers, qui met plus rapidement la magie en avant.
Les vivenefs font vraiment partie des ces éléments fascinants par leur concept et leur potentiel d'évolution, surtout qu'il n'y aura à priori pas que Vivacia au premier plan.

Les autres personnages plus classiques dans leur nature m'ont moins emballé par leur caractère. On retrouve la peste rebelle égocentrique en la personne d'Althea, le beau frère colérique et à coté de la plaque, le second gentil et fidèle, la soeur effacée, le pirate ambitieux ... Bref, assez classique pour le moment.

La construction de l'histoire, en suivant plusieurs points de vue permet d'apporter un relief à l'histoire, d'imaginer les fils qui les relient et d'être moins centré sur un personnage comme dans l'Assassin Royal.

L'histoire se lance au second tiers, avec l'évènement qui permet l'éveil de la Vivacia, et qui modifie la structure de la famille d'Althea. Les choses pour la peine évoluent vite, et ce premier tome se termine en nous laissant sur notre faim, probablement car le découpage initial de la série est différent.

Au total : Une seconde tentative fructueuse qui me permet de découvrir une autre partie du monde de Fitz.


D'autres avis chez Acro, Olya et Eyrilis qui m'ont convaincu lors de leur LC

http://2.bp.blogspot.com/-0VIbCEmWlOM/UkwngcoQAMI/AAAAAAAADD8/VMWaLmEc3VI/s320/banni%C3%A8reABC2014.jpg
Lettre H 11/26