lundi 27 juin 2016

"Par bonheur, le lait" de Neil Gaiman

Aux imaginales, j'avais pour mission de faire dédicacer un livre de Boulet pour mon homme qui collectionne ses notes. J'ai donc pris ce petit livre, plein de ses dessins.

Résumé


Couverture Par Bonheur, le Lait 

Au petit-déjeuner, un petit garçon et sa jeune sœur s’aperçoivent qu’il n’y a plus de lait à mettre dans leurs céréales. Maman est partie en voyage, c’est donc Papa qui se met en route pour la supérette. Mais ce qui devait être une simple course se transforme en fabuleux voyage (...)








Mon avis :

Par bonheur le lait est un livre jeunesse court qui met en avant l'imagination d'un père parti chercher une bouteille de lait pour le petit déjeuner de ses enfants.

J'ai aimé ce coté loufoque omniprésent dans ce livre. L'histoire tient debout avec des dinosaures en montgolfière  (cf la couverture) mais aussi dans des vaisseaux spatiaux, des prophéties, des vampires, des pirates, des poneys, bref tout ce qui est présent dans l'imaginaire des enfants repris par un père. Les codes d'un roman d'aventures sont présents et bien exploités voir un peu moqués.

Par certains cotés ce livre m'a fait pensé à Roverandom, court avec pour cible les enfants, mais en bien plus digeste et fun, probablement car les références me sont bien plus familières.

Les illustrations sont au service du récit et apportent de quoi nous faire sourire (on y reconnait bien le trait de Boulet d'ailleurs).

Au total : Un livre court et fun que je recommande !

vendredi 24 juin 2016

"Les disparus du Clairdelune' (La Passe miroir tome 2) de Christelle Dabos

Je crois que j'ai attendu quasi 3 mois ma réservation à la bibliothèque pour lire ce second tome, et je n'ai pas regretté car j'ai dévoré cette lecture en quelques jours, alors que le premier tome m'avais laissé sur ma faim.

Résumé

Couverture La Passe-miroir, tome 2 : Les Disparus du ClairdeluneFraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ?








Mon avis

Ce second tome reprend l'intrigue juste après le précédent, avec un petit résumé pour nous remettre rapidement dans l'ambiance. J'ai trouvé le fil conducteur plus clair dans cet opus, avec les bribes de mémoire qui oriente vers les interrogations à venir. (Ah Dieu n'a pas l'air si Dieu que ca dans cet univers ...)

J'ai surtout plus accroché avec les personnages plus présents, moins étouffés par l'univers riche crée par Christelle Dabos, comme des boutons de fleurs qui éclosent, on les comprend mieux dans leur rapport avec leur environnement.

L'univers est toujours aussi fascinant, entre les pouvoirs de chaque famille et les nouvelles familles que nous découvrons, leur relation leur passif qui expliquent la structure de la société. Passé l'effet découverte un peu dense du premier tome, on s'y glisse vraiment facilement.

Les personnages principaux évoluent et de même on s'attend mieux à leur réaction et interaction. J'ai aimé découvrir un peu plus Thorn et Ophélie et leur pouvoir, les doubles facettes de ceux ci. La manière dont ils sont présentés donnent un peu cette impression d'élus pour une quete, assez classique finalement en fantasy.

Je trouve Thorn très touchant dans sa manière d’être, il semble exister un grand cœur sous une certaine couche d'hostilité.
Ophélie, si triste et transparente dans le premier tome, prend son destin en main, et ca fait plaisir de la voir se débattre de manière efficace contre la pression ambiante, mais aussi s'accepter tout simplement, ne pas imiter et rester soi.
 Le seul reproche que je pourrais faire concerne une certaine facilité dans la manière de passer les obstacles mais sans que ce soit dérangeant, de même la résolution du mystère est un peu rapide avec le 'méchant' qui donne une petite scène explicative, un peu trop ... dont les situations compliquées évoluent.

Les personnages secondaires aussi évoluent, Bérenilde semble moins hostile, Archibald déborde toujours d'humour. J'ai aimé retrouver Renard et Gaelle. La Nihiliste prend aussi son envol dans ce tome.

L'intrigue à la manière d'une enquête policière est plus linéaire, mais finalement plus accrocheuse dans ce tome. Le dénouement nous fait espérer que le troisième tome arrivera bientot !

Au total : Un second tome que j'ai bien plus apprécié que le premier, notamment car les personnages se prennent en main et que nous retrouvons cet univers riche et fantastique. J'attends le troisième tome du coup !

jeudi 23 juin 2016

"Métaquine" de Francois Rouiller

Un titre (Mélange de Dépakine* Kétamine* et Ritaline*) et un thème qui me parlent notamment sur un plan professionnel. J'ai profité des imaginales pour faire dédicacer mon livre et discuter de son inspiration avec l'auteur.

Résumé

Couverture Métaquine, tome 1 : IndicationsRégis, dernier de la classe, ne veut pas prendre de Métaquine®, le médicament qui transforme les cancres en écoliers modèles. Des millions d’enfants inadaptés bénéficient pourtant du traitement, au grand soulagement des profs et des parents. Mais Régis craint que la chimie dissolve le Duché, la contrée fabuleuse d’où son imagination tire châteaux, dinosaures et compagnons de jeu invisibles.

La mère du gamin s’est enfermée sous un casque de cybertox, son beau-père rumine des fantasmes de tueur en feuilletant d’abjects magazines. Il n’y a guère qu’une voisine, neuropsy à la retraite, pour l’aider à défendre ses rêves. Ou peut-être, en ville, cette politicienne remuante qui milite contre la distribution de psychotropes à l’école.

Mais que peuvent deux idéalistes face à un géant pharmaceutique et aux milliards de son budget marketing, alors qu’on découvre à la Métaquine® des vertus toujours plus prometteuses et que la planète entière a déjà gobé la pilule ?





Mon avis

Ce livre ne parle pas uniquement d'un traitement contre l'hyperactivité et les troubles de concentration, mais surtout d'un futur inquiétant. Les thèmes abordés sont assez riches, et contrairement à ce que je pensais, le livre n'est pas centré sur l'industrie pharmaceutique et les effets de ce médicaments miracles mais est bien plus vaste que ca.

A travers 6 personnages, l'auteur nous présente une société qui a dévié, vers la réalité virtuelle, un peu à la manière des personnages de Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. Les casques de réalités virtuelles sont une grande partie de l'intrigue ainsi que les sociétés et programme qui les exploitent.
 L'addiction au SimDom ou à la Métaquine nous fait réfléchir de manière plus large à nos habitudes contemporaines, scotchés à nos écrans et nos relations virtuelles ou à nos gélules qui hantent nos pharmacies. J'ai bien aimé les parties avec Aurélie qui semblent hors du monde tout en gardant une certaine pertinence.

Il y a beaucoup de courage dans la plupart des personnages présentés, que ce soit Sophie, chercheuse à la retraite, où le poids des années disparait avec un projet qui l'entraine, Clotilde prête à renverser l'industrie pharmaceutique, comme peuvent l'être certains détracteurs hargneux.
Régis, le jeune garcon est un vrai personnage à part entière, avec ses relations avec le Duché (dont je ne suis pas sure d'avoir compris l'ensemble) mais n'est pas aussi présent que le laisse sous entendre la couverture.

 La galerie des personnage est variée et j'ai bien aimé découvrir au fil du roman la manière dont ils vont s'articuler entre eux et leur place assez équivalente dans le roman pour apporter finalement une vision assez juste et non centrée sur une seule perspective. On voit notamment les opposés entre Régie cible du traitement et ceux responsables du Marketing.
Au fur et à mesure du roman, de l'utilisation plus large de la Metaquine, on se doute que certains effets ne sont pas ceux attendus, ce qui permet d'ouvrir tranquillement pour le second tome, car ceux ci ne sont pas séparables...

Au total : Un premier roman qui tient ses promesse, même plus pour moi dans une société future plongée dans une réalité virtuelle qui découvre les vertus d'un médicament miracle pour la concentration. Le second tome sera bientôt dans ma PAL !




mardi 21 juin 2016

"Notre Dame de Paris" de Victor Hugo

Un classique ! Je me suis lancé dans ce livre pour essayer de participer au BC de Livraddict de mai. Je n'en avais lu qu'un tiers pour la date prévue, mais l'histoire est telle que j'ai pris mon temps pour le terminer.

Résumé

Couverture Notre-Dame de Paris
Dans le Paris du XVe siècle, une jeune et superbe gitane appelée Esméralda danse sur le parvis de Notre Dame. Sa beauté bouleverse l’archidiacre de Notre-Dame, Claude Frollo, qui tente de l'enlever avec l'aide de son sonneur de cloches, le malformé Quasimodo. Esmeralda est sauvée par une escouade d’archers, commandée par le capitaine de la garde Phoebus de Châteaupers...






Mon avis

Une très bonne surprise ce livre, aussi bien sur le style que sur l'histoire dont on ne connait que des bribes au final.

Victor Hugo est capable de créer la vie dans certains détails de Notre Dame de manière si simple e si prenante. Je me suis plongée dans ce Paris du temps des rois avec un certain plaisir, me baladant en même temps que le narrateur. Soit quelques descriptions m'ont parfois paru un peu longues mais une fois la première partie lancée, elles passent bien mieux. La narration est assez troublante initialement, mais permet une vraie plongée entre omniscience et appel au lecteur pour ne pas le perdre.

Les personnages sont magiques dans leur caractère, leur description. Je me suis attachée à Quasimodo et Esmeralda, j'ai aimé découvrir leur passé, les rebondissements finaux.
L'histoire est pleine de rebondissements, de déceptions et d'espoir, j'étais emporté par ces retournements .
Derrière la toile de fond d'Esmeralda et de ses soupirants, il existe une vraie critique de la société de cette époque, entre le procès de Quasimodo, qui est totalement absurde dans son déroulement, ou le passage avec le Roi et son opportunisme.

L'importance de l'apparence est aussi vivement mis en question, Esmeralda, gitane au coeur tendre est dénoncée par les préjugés sur les gitans et accusée de sorcellerie à cause de sa chèvre. (J'ai d'ailleurs bien aimé la relation entre Gringoire, Esmeralda et Djali qui se lient en douceur de manière complètement chaste) Phoebus quand à lui trompe l'ensemble de son entourage grâce à son apparence de chevalier servant, bien plus cynique er moins bon que nos protagonistes. Frollo est le summum de l'ambivalence, et un prélude à la folie. J'ai apprécié suivre son évolution, ses doutes, ses tentatives de passer outre et de commettre alors des erreurs bien pires. Il reste un des personnages les plus fascinants car il est difficile d'anticiper ses actions.

Chaque personnage secondaire est utile, chaque petite histoire le concernant aura un effet dans l'histoire, j'aime ces livres riches qui finalement s'accorde dans un ensemble vraiment cohérent.

Dans les discussions du Book Club, la cathédrale était évoquée comme un personnage à part entière, et après avoir lu la seconde partie, j'ai mieux compris cette interrogation, nous vivons à coté de Notre Dame, résistons avec elle, souhaitons protéger ses habitants. J'ai apprécié découvrir les confins de son architecture avec Quasimodo, me dire qu'à mon prochain passage je regarderai différemment les gargouilles et recoins des étages supérieurs.

Au total : Un classique fascinant dans le fond et la forme, un style accessible et intemporel et des personnages fascinant par leur richesse de caractère. Je ne peux que le conseiller !

http://2.bp.blogspot.com/-EbKElB1PJXQ/VieSntwiviI/AAAAAAAAF2A/HtFTayWRDgg/s320/abc2016.jpg
9/26 : Lettre H Classique 670 pages

dimanche 5 juin 2016

Mes imaginales 2016 : Le samedi

Journée faste, longue et heureusement que le beau temps était de la partie sinon la journée aurait été étouffante sous la bulle.

Le matin :

Réveil pour aller voir la conférence "Indémodables héros... de la fantasy épique" avec Paul Béorn, Jean Philippe Jaworski, Pierre Pevel, Adrien Tomas animée par Christophe de Jerphanion (dit Joyeux Drille) : Ma conférence préférée du festival, un condensé de bonne humeur, plein de discussions animées où les auteurs rebondissaient sur les interventions des autres. Je vais probablement lire La geste du 6ème royaume et le livre de P. Beorn.

Puis Balade dans la bulle, à la recherche de Boulet, qui n'était pas encore arrivé ... J'ai tenté la conférence à l'espace cours, mais la sonorisation de la salle ne m'a vraiment permis d'en profiter.

Pause déjeuner intense avec les conférences du Magic Mirror 1



Trolls et autres créatures
Troll, elfes, bersekirs et autres créatures de la fantasy avec Jean Claude Dunyach (je n'aurais pas acheté son livre 2 jours avant, j'y serai allée de suite !), Fabien Fernandez (Peintre de la fresque, on s'est dit qu'une conférence sur ce thème serait surement intéressante), Damien Snyers, et Aurélie Wallenstein (et à chaque fois que je la vois en conférence, ses livres me tentent ...) Un rythme moins soutenu (ou peut être j'étais déconcentré par mon Paris Brest ...)




Puis Mondes de fantasy ... Cartographie de l'imaginaire : Très captivante avec Vincent Ferre qui parle de Tolkien de manière magnifique, Regis Goddyn qui crée son univers sur le fil, JP Jaworski qui a une carte mais ne la dévoile pas, et Sylvie Miller qui plonge ses personnages dans une Méditerranée des années 30. Autant dire que je vais surement emprunter Lasser à la bibliothèque. Après ces 2 conférences, je vais surement retente Même pas mort  de JP JAworski qui m'avait un peu laissée perplexe.


Chasse au trésor
14 heures, heure de la chasse au trésor. Animation très sympa, à se balader dans le parc, tout en réfléchissant. Même si on a manqué perdre un équipier !
Dommage que la fin ait eu un petit bug, mais je la referai avec plaisir !
Quand Blacky se fait mettre au tapis par un Mr
15h30 : Boulet  est là !!! A moi la dédicace promise à mon homme. Très sympa, discussion dans la file d'attente animée et mon Chtulu !












Tour de bulle, petite pause avec les copains, petite sieste le long de la Moselle au soleil et c'est reparti pour une dernière conférence Magie Mages et Magiciens ... Entre le bien et le mal. Très bonne conférence, bien rythmée. De la difficulté de ne pas spoiler les Outrepasseurs par Cindy Van Wilder.

Conférence Mages, magies, et magiciens


Dernier tour de Bulle, petite photo de la fresque avant mon départ, car mon train était le dimanche à l'aube.
Butin du dimanche : Boulet et cadeaux de la chasse





Dernier restaurant avec toutes les blogueuses, soirée très sympa, surtout quand le serveur grincheux a arrêté de s'occuper de nous.





Au final : PAL +6 si j'enlève le Boulet, et les livres cadeaux.


 Au total : Les Imaginales, c'est le mal pour la PAL, et la WL, mais c'est surtout, une plongée intense dans le monde de l'imaginaire portée par les auteurs souvent accessibles, des conférences pour s'informer et une ambiance toujours excellente. J'adore revoir toutes les personnes avec qui j'ai principalement des contacts virtuels tout au long de l'année et pouvoir discuter avec elles pendant tout le festival du matin au soir et en rencontrer d'autres. Bref un vrai partage de la littérature de l'imaginaire. Un gros bisou à toutes celles ou ceux qui se reconnaitront (je n'aime pas trop les listes !)

vendredi 3 juin 2016

"Memorex" de Cindy Van Wilder

Parfois, ca m'arrive de lire des nouveautés ! Un livre sur le thème de la mémoire et avec un fond d'industrie pharmaceutique, je me suis dit pourquoi pas ?

Résumé


Couverture Memorex2022. Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contre sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Un an que son père, un scientifique de génie, ne quitte plus Star Island, l'île familiale. Un an qu'Aïki, son frère jumeau, son complice de toujours, s'est muré dans une indifférence qui la fait souffrir. Le jour de ce sinistre anniversaire, la famille est réunie sur l'île : c'est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancoeurs que Réha ressasse depuis un an. Au coeur de l'énigme : Memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoitises de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous.


Mon avis

J'ai beaucoup aimé lire ce page turner, terminé juste avant les Imaginales, histoire de ne pas avoir à le trimballer dans mon sac, ce qui veut dire qu'il n'est pas (et probablement ne sera pas) dédicacé.

On suit Reha, adolescente, pour une fois pas trop chiante, avec un comportement qui ne m'a pas semblé dément à la recherche de ce qui s'est réellement passé un an auparavant, lorsque la fondation crée par sa mère a été victime d'un attentat lors d'une soirée particulièrement importante.

La présentation de Reha et de sa famille amène doucement l'ambiance du roman, la tension monte dans les mails anonymes et la suspicion est présente partout.
J'ai particulièrement apprécié le huis clos, qui est bien mené, découvrir d'autres personnages, comme sa tante ou l'amie de son frère. Le rythme est enlevé entre passage d'action et article mettant dans l'ambiance. Les personnages se dévoilent au fur et à mesure tout en laissant la place aux hypothèses. Chaque chapitre donne envie de lire le suivant au plus vite !

Le dénouement surprend sans en faire trop, malgré un passage très "le méchant raconte son histoire et le temps qu'il perd lui sera fatal ...".
Mon petit bémol est finalement d'en savoir si peu sur "Mémorex", qu'il soit plus un prétexte à l'histoire alors que je l’espérais au centre. Les autres idées scientifiques développées (un peu de flou pour ne pas spoiler) nous plongent dans un futur assez inquiétant.

Au total : Un bon page turner sur fond de roman d'anticipation. La plume de Cindy Van Wilder est toujours aussi plaisante alors que nous sommes à mille lieux des Outrepasseurs !

SFF et diversité mini
Item 6 : Young Adult