lundi 22 décembre 2014

"Charlotte" de David Foenkinos

Un nouveau livre de la rentrée littéraire (je n'en avais jamais autant lu je crois ...). Malgré tout le tapage autour de ce livre et des avis assez contrastés, je me suis décidé à le lire.

Résumé

Couverture Charlotte Editions Gallimard  (Blanche) 2014Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C'est toute ma vie.» Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Mon avis

Je suis sortie assez mitigée de cette lecture.
Source : Wikipedia

L'histoire  de Charlotte Salomon, jeune artiste juive, m'a captivé du fait de son destin, brisé par la seconde guerre mondiale, ou plutôt l'idéologie nazie. Elle qui entra aux Beaux Arts de Berlin mais ne put suivre correctement sa scolarité du fait de sa religion.

On suit Charlotte de son enfance, marquée par les suicides, à son adolescence et sa découverte de la peinture puis sa vie de femme, en grande partie dans l'exil et dans la crainte des arrestations.

Forcément une histoire comme la sienne fait un bon départ pour un livre, d'autant plus qu'elle est tirée d'une histoire réelle, mais il m'a manqué le petit plus, un approfondissement de ses ressentis, que l'on sent uniquement supposé.

Il n'y a pas vraiment eu de choix entre biographie et roman, ce qui donne un résultat assez bancal. Les petites notes de l'auteur sur ses tentatives de rencontre avec ses souvenirs ne m'ont pas convaincue.

Dans la Délicatesse, j'avais apprécié ce style tout en douceur de David Foenkinos.
Ici, la pagination en prose m'a parfois plutôt donné l'impression de remplir le vide, d'avoir transformé une nouvelle, en roman, ce qui ajoute à ma frustration, car la vie de Charlotte semble assez creuse dans ce roman. Point de description de ses écrits ou de ses peintures, rien ne laisse la place à l'imagination du lecteur.
Le livre reste finalement assez factuel sur le peu que l'on sait de cet artiste.

Au total : Un livre qui a fait grand bruit mais qui m'a déçue, bien trop court et vide pour une histoire avec tant de potentiel.
http://2.bp.blogspot.com/-0VIbCEmWlOM/UkwngcoQAMI/AAAAAAAADD8/VMWaLmEc3VI/s320/banni%C3%A8reABC2014.jpg
Lettre F : 220 pages



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire